HISTOIRE DE JULES CÉSAR

DE

STOFFEL


APPENDICE A [1]


CONCORDANCE DES DATES

DE

L'ANCIEN CALENDRIER ROMAIN AVEC LE STYLE JULIEN

POUR LES ANNÉES DE ROME 691 - 709

D'APRÈS LE VERRIER


 

BASES SUR LESQUELLES SONT FONDÉES LES TABLEAUX DE CONCORDANCE

Avant la réforme julienne, l'année romaine comprenait 355 jours répartis en douze mois ; à savoir : Januarius, 29 jours ; Februarius, 28 ; Martius, 31 ; Aprilis, 29 ; Maius, 31 ; Junius, 29 ; Quintilis, 31 ; Sextilis, 29 ; September,  29 ; October, 31 ; November, 29 ; December, 29.

Tous les deux ans on devait ajouter, après le vingt-troisième jour de février, une intercalation de 22 ou de 23 jours alternativement.

L'année moyenne étant trop forte de 1 jour, on devait retrancher 24 jours dans les huit dernières années d'une période de 24 ans. Nous n'aurons pas à tenir compte ici de cette correction.

L'intercalation paraît avoir été régulièrement suivie depuis l'an 691 (consulat de Cicéron) jusqu'en l'an 702, où elle fut de 23 jours. Au milieu des troubles, l'intercalation fut omise dans les années 704, 706 et 708.

Vers la fin de l'an 708, César remédia au désordre en plaçant extraordinairement, entre novembre et décembre, 67 jours, et en introduisant un nouveau mode d'intercalation.

L'année 708 est la dernière de la confusion. L'année 709 est la première du style julien.
 

DONNÉES HISTORIQUES AUXQUELLES LA CONCORDANCE DOIT SATISFAIRE

Cicéron rapporte qu'au commencement de son consulat la planète Jupiter éclairait tout le ciel (De Divinatione, I,11). Cicéron entra en charge aux calendes de janvier de l'an 691 de Rome, c'est à dire au 14 décembre 64 avant Jésus-Christ. Jupiter avait atteint l'opposition onze jours auparavant, le 3 décembre [2].

En l'an 691, le 5 des ides de novembre, dans sa seconde catilinaire, X, Cicéron demande comment les compagnons efféminés de Catilina supporteront les frimas de l'Appenin, surtout dans ces nuits déjà longues : "his præsetim jam noctibus [3]". On est en effet au 15 octobre 63 avant Jésus-Christ. Plus tard, dans son plaidoyer pour Sestius, parlant de la défaite de Catilina au commencement de janvier 692 (le milieu décembre 63 avant Jésus-Christ), Cicéron assure que ce résultat est dû à Sestius, sans l'activité duquel on eût laissé à l'hiver le temps d'intervenir : « datus illo in bello esset hiemi locus ». (Discours pour Sestius, chap. 5.)

L'an 696 de Rome (58 avant Jésus-Christ), les Helvètes se donnent rendez-vous sur la rive droite du Rhône, vers Genève, pour un jour déterminé : « is dies erat a. d. v. Kal. Apriles » (Guerre des Gaules, I, 6.). Cette date correspond au 24 mars julien, jour où tombait l'équinoxe du printemps. Les Helvètes avaient pris cette époque naturelle ; César l'a rapportée au calendrier romain [4].

En l'an 700 de Rome (54 avant Jésus-Christ), César, après sa seconde campagne en Bretagne, rembarque ses troupes, « quod æquinoctium suberat » (Gerre des Gaules, V, 23). Il en informe Cicéron le 6 des calendes d'octobre, 21 septembre julien. (Lettres à Atticus, IV, 18). L'équinoxe arriva le 26 septembre [5] .

L'an 702, le 13 des calendes de février, c'est à dire le 30 décembre 53 avant Jésus-Christ, Clodius est tué par Milon. (Cicéron, Discours pour Milon, X). Pompée est créé consul pour la troisième fois le 5 des calendes de mars, dans le mois intercalaire (Asconius).

En l'an 703, Cicéron écrit à Atticus (V, 13) : « Je suis arrivé à Éphèse le 11 des calendes de sextilis (12 juillet 51 avant Jésus-Christ), 560 jours après le combat de Bovilies » ; supputation exacte en comptant le jour du meurtre de Clodius et en portant à 23 jours l'intercalation de l'an 702 [6].

En l'an 704, l'intercalation est omise. Les partisans de César la réclamèrent en vain (Dion Cassius, Histoire romaine, XL, 62).

En 705, Cicéron, qui hésite à rejoindre Pompée, écrit à Atticus (X, 17), « a. d. XVII Kal. Junii : Nunc quidem æquinoctium nos moratur, quod valde perturbatum erat ». On était au 16 avril ; l'équinoxe était passé de 21 jours, et les troubles atmosphériques pouvaient durer encore. Était-ce d'ailleurs autre chose qu'un prétexte pour Cicéron ?

César s'embarque à Brindes la veille des nones de janvier 706 (Guerre civile, III, 6). On est au 28 novembre 49 avant Jésus-Christ. « Gravis autumnus in Apulia circumque Brundisium.omnem exercitum valetudine temptaverat » (Guerre civile, III, 2). « Bibulus gravissima hieme in navibus excubans » (Guerre civile, III, 8). « Jamque hiems appropinquabat » (Guerre civile, III, 9).

Après être venu à Rome vers la fin de l'an 707, César en repartit pour la guerre d'Afrique. Ce fut seulement à son retour, vers le milieu de l'an 708, qu'il put s'occuper de la réorganisation de la République et de la réforme du calendrier. Selon Dion Cassius (Histoire romaine, XLIII, 26), « comme les jours des années ne concordaient pas bien ensemble, César introduisit la manière actuelle de compter, intercalant 67 jours nécessaires pour rétablir la concordance. Quelques auteurs ont prétendu qu'il en intercala davantage, mais voilà la vérité » [7].

Quelle concordance s'agissait-il de rétablir ainsi ? Les 67 jours nécessaires étaient précisément ce qu'il fallait ajouter pour qu'en l'an séculaire 709 de Rome le mois de mars julien coïncidât avec l'ancien mois de mars romain. Le mois de mars de l'année 709 de Rome est le véritable point de départ du style julien.


[1]    Cet Appendice est extrait du tome II de l'Histoire de Jules César par Napoléon III. L'auteur est M. Le Verrier, que l'Empereur avait chargé de résoudre la question de la concordance des dates de l'ancien calendrier romain avec le style julien. Nous reproduisons le travail de l'éminent astronome sans y rien changer, nous en avons présenté l'examen aux Explications et remarques sur le neuvième livre, page 303.

 [2]  De La Nauze reporte cette opposition au 17 avril suivant. (Académie des Inscriptions, t. XXVI, 244). Son calcul est inexact.

 [3] De La Nauze, influencé par son faux calcul de l'opposition de Jupiter, veut que ces événements aient eu lieu à l'approche du printemps ; il ne prend pas garde à la particule jam. Ideler la supprime du texte latin.

[4] Dans le système d'Ideler, les Helvètes ne seraient partis que le 16 avril julien. On ne trouve point alors de place pour les nombreux évènements survenus avant que les blés ne fussent encore mûrs(Guerre des Gaules, I, 16).

 [5] Le système d'Ideler (voir Korb, dans Orelli, Onomasticum Tullianum, t. I, p. 170), suivant lequel le 6 des calendes d'octobre serait tombé le 30 août julien, est manifestement en défaut. César ne se serait pas inquiété de l'équinoxe encore distant de 27 jours, lui qui, l'année précédente, trouvait bon de passer en Bretagne à la fin d'août.

[6] Le général de Göler a voulu élever un nouveau système fondé sur ce que l'année romaine n'aurait eu que 354 jours. Suivant lui, cette réduction eût été nécessaire pour trouver les 560 jours dont parle Cicéron. L'auteur commet plus d'une erreur : entre autres, il attribue, sans y prendre garde, 29 jours au lieu de 28 à son mois de février de l'an 703. (De Göler, Über römische Daten, page 91).

[7] Suétone avait écrit : « César mit deux autres mois entre novembre et décembre, en sorte que l'année où l'on régla ces mesures fut de quinze mois, y compris l'intercalaire qui, selon l'usage était tombé dans cette même année ». Censorin, adoptant ce sentiment, trouve que César intercala 90 jours en l'année 708. Mais Suétone nous a légué d'autres erreurs. Dion Cassius, consul pour la seconde fois en l'an 229 après Jésus-Christ, avait puisé aux sources authentiques ; il vaut mieux s'en tenir à son système, qui rétablit la concordance astronomique pour l'équinoxe en l'an 709, tandis qu'avec le système de Censorin on a vainement cherché ce que César avait pu se proposer.


TABLES DE CONCORDANCE  DE LE VERRIER [~63, ~45]



ANNÉES AVANT J.-C.

TABLES

 

64-63

1

63

2

62

3

62-61

4

61

5

60

6

60-59

7

59

8

58

9

58-57

10

57

11

56

12

56-55

13

55

14

54

15

54-53

16

53

17

52

18

52-51

19

51

20

50

21

50-49

22

49

23

48

24

48-47

25

47

26

46

27

46-45

28

45

29



Home Nations Villes Personnalités